Dracunculose

Épidémiologie

L’ampleur du problème en chiffres

La campagne d’éradication mondiale a progressé régulièrement. Tant le nombre de cas que le nombre de villages d’endémie ont diminué sensiblement depuis le lancement de l’effort d’éradication dans les années 1980, où la maladie était endémique dans 20 pays.

En 1986, le nombre de nouveaux cas était estimé à 3,5 millions. En 1989, sur la base d’une recherche active dans les villages, 892 055 cas ont été signalés dans 15 des 20 pays d’endémie (non comprises les données provenant de République centrafricaine, du Sénégal, du Soudan et du Tchad).

En 2013, la maladie était confinée à 5 pays : Éthiopie, Mali, Soudan, Soudan du Sud et Tchad. Fin 2013, un total de 148 cas a été notifié. Une réduction de 73 % par rapport aux 542 cas déclarés en 2012, et une baisse de plus de 99 % par rapport au nombre de cas notifiés en 1989.

Cette baisse était en grande partie due à la diminution de 78 % du nombre de cas déclarés au Soudan du Sud, de 521 cas à 113 cas, ce qui représentait 76 % du nombre mondial de cas. Le reste des cas pour 2013 a été notifié par l’Éthiopie (7 cas), le Mali (11 cas), le Soudan (23 cas) et le Tchad (14 cas).

Le nombre de villages qui ont déclaré des cas est tombé de 272 en 2012 à 103 en 2013, soit une baisse de 62 %. Le nombre de villages d’endémie est passé de 101 en 2012 à 59, soit une baisse de 42 %.

Sur ces 148 cas notifiés en 2013, 45 étaient des femmes et 58 des enfants de moins de 15 ans. Ensemble, les femmes et les enfants de moins de 15 ans représentaient plus de 72 % de tous les cas de dracunculose notifiés en 2013 ; les femmes et les enfants de moins de 15 ans représentaient environ 87 % du total de cas en 2012.

Le Ghana, avec le deuxième nombre le plus élevé de cas de dracunculose notifiés par année dans le monde (>179 000 cas signalés en 1989), après le Nigéria (>653 000 en 1988), a déclaré son dernier cas autochtone en mai 2010 dans le village de Diare, dans le district de Savelugu-Nanton. Depuis, aucun cas n’a été notifié par le Ghana qui est désormais en phase de précertification.

Au Tchad, la flambée détectée pour la première fois en 2010 s’est poursuivie pour la quatrième année en 2013 ; 14 nouveaux cas autochtones ont été signalés par 10 villages de 6 districts dans 3 régions sur 24. Le Tchad a été reclassé comme pays d’endémie de la maladie en 2012. Aucun des villages qui ont notifié des cas en 2013 n’a signalé de cas en 2012.

Aucun des 44 cas déclarés en 2010, 2011, 2012 et 2013 n’avait d’antécédents de voyage hors du Tchad.

Le Tchad a connu une survenue inhabituelle d’un plus grand nombre de cas de dracunculose chez les chiens que chez les hommes dans la même zone à risque en 2012-2013. L’infection a été observée chez 54 chiens de 38 villages en 2013.

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), après l’analyse par PCR, les vers tirés des chiens étaient semblables à ceux provenant des hommes.

Fin 2013, 197 pays, territoires et zones avaient été certifiés exempts de transmission de la dracunculose. Neuf pays doivent encore être certifiés, dont 2 (l’Angola et la République démocratique du Congo) n’ont pas d’antécédents récents de dracunculose. Les 7 autres pays sont soit des pays d’endémie – Éthiopie, Mali, Soudan du Sud et Tchad, soit en phase de précertification – Ghana, Kenya et Soudan.


La dernière étape du programme est la plus difficile ; elle exige des efforts plus concentrés et plus ciblés sur la surveillance à la fois dans les zones d’endémie et de non-endémie. Elle exige aussi un engagement non démenti de la part des Ministres de la Santé et du personnel sur le terrain afin de confiner la maladie grâce à un dépistage précoce, à une bonne prise en charge des cas et à la lutte antivectorielle ; elle exige enfin une prise de conscience au niveau national de l’intérêt qu’il y a à déclarer les cas de dracunculose.

La dracunculose dans l’actualité

09 Mai 2014 | Genève
Éradication de la dracunculose – bilan de la surveillance mondiale, 2013
Rapport mensuel des cas de dracunculose, janvier-avril 2014
Full article


02 mai 2014 | Genève
Brochure d'information bilingue qui fait le point sur la campagne mondiale d'éradication du ver de Guinée
Eradication du ver de Guinée : une opportunité historique, de nouveaux défis, une détermination sans faille