Dracunculose

Tchad

Situation pour la période allant de janvier à février 2016

Au mois de février 2016, 1 cas au total avait été notifié au village de Sarh (quartier Kassai), district de Sarh, dans la Région du Moyen-Chari. Le cas a été confiné.

De janvier à mars 2016, sur les 218 chiens signalés comme porteurs de Dracunculus medinensis, 166 (76 %) ont été confinés.

Depuis 2012, on a signalé un nombre inhabituellement grand de chiens infectés par le parasite le long du fleuve Chari, dans les mêmes zones où des cas humains sont notifiés. Les parasites retrouvés chez le chien ne peuvent pas être distingués par PCR (amplification génique) de ceux qui émergent chez l’homme. Des études de recherche opérationnelle ont été entreprises afin de trouver des moyens adaptés pour interrompre la transmission de l’infection chez l’homme et chez l’animal.

Depuis 2009, une récompense en espèces d’un montant de 50 000 FCFA [environ US $100] est offerte dans tout le pays pour le signalement volontaire de cas de dracunculose. Il est demandé à la population de se présenter à l’établissement de santé le plus proche.

Synthèse pour 2015

Neuf villages ont notifié un total cumulé de 9 cas en 2015, contre 13 cas dans 11 villages en 2014.

Répartition des cas :

Région du Chari Baguirmi
  • District de Bailili
    • Village de Mourabat 1 (cas)
  • District de Dourbali
    • Village de Mourgoum (1 cas)
  • District de Massenya
    • Village de Boulamo Bororo (1 cas)
Région du Moyen-Chari
  • District de Kyabé
    • Village de Kousseri (1 cas)
    • Village de Marabé I (1 cas)
  • District de Danamadji
    • Village de Maicomb (1 cas)
Région du Mayo-Kebbi Est
  • District de Guelendeng
    • Village de Diginali Mesquin Labaude (1 cas)
Région de Salamat
  • District d’Am Timan
    • Village de Goz Arachidia (1 cas)
Région du Tandjilé
  • District de Lai
    • Village de Ferick Tchaguine (1 cas)

Le Tchad connaît une situation inhabituelle avec un plus grand nombre d’infections à D. medinensis signalées chez le chien que chez l’homme dans les mêmes zones à risque. Ce phénomène a été signalé pour la première fois en 2012.

En 2015, 1841 rumeurs ont été signalées et plus de 99 % d’entre elles ont fait l’objet d’une enquête dans les 24 heures.

Dernière mise à jour:

4 mai 2016 16:09 CEST