Directeur général

Le Directeur général de l’OMS célèbre l’élimination de la poliomyélite en Inde

Dr Margaret Chan
Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé

Discours prononcé lors de la manifestation «l’Inde célèbre son triomphe sur la poliomyélite»
NewDelhi, Inde

11 février 2014

Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre de la Santé et de la Famille, Monsieur le Président du Rotary International, distingués hôtes, Mesdames et Messieurs,

J’ai le très grand plaisir de me joindre à vous pour célébrer le triomphe de l’Inde sur la poliomyélite. Nous nous réjouissons tous d’une réussite, en particulier de cette ampleur. L’Inde n’a plus enregistré un seul cas de poliomyélite depuis trois années consécutives.

La confiance dans cette réalisation est confortée par un système de surveillance mondial de très haut niveau et un niveau de vigilance et de préparation qui permettraient de considérer et gérer tout cas importé comme une urgence de santé publique.

En réalité, le système de surveillance indien non seulement répond aux critères internationaux de qualité, mais les dépasse.

Au bout de trois ans, nous pouvons dire avec certitude que le territoire de ce vaste pays densément peuplé est désormais exempt du virus qui a tué et handicapé les enfants pendant des siècles.

Beaucoup de sceptiques pensaient que ce jour n’arriverait jamais, que le virus de la poliomyélite était trop profondément implanté en Inde, que l’Inde ne parviendrait pas à l’éliminer, que l’Inde disposait de moyens limités face à des problèmes illimités.

Ils citaient l’énorme population de ce pays, le taux de natalité élevé, les poches de pauvreté denses, le manque d’assainissement, la prévalence de la diarrhée, le terrain difficile et la résistance à la vaccination de certains groupes.

Il s’agissait effectivement de problèmes réels et de taille, mais les sceptiques oubliaient un facteur décisif : le pouvoir de la détermination de l’Inde à obtenir l’impossible, à passer du nombre le plus élevé de cas de poliomyélite à zéro.

Dans ce contexte, le succès de l’Inde est une réalisation homérique, la preuve que tout pays qui le veut vraiment peut vaincre la poliomyélite.

L’appropriation par les autorités de l’Initiative en faveur de l’éradication, au niveau de l’Union, des États et des districts a été décisive, tout comme les milliards de dollars consacrés à cet effort par le gouvernement.

L’Inde a travaillé main dans la main avec ses partenaires internationaux, dont le Rotary International, les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique, l’UNICEF et l’OMS, avec l’appui de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Son attitude positive explique également ce succès, comme en témoigne le dévouement sans faille de millions d’agents de première ligne. Agents de vaccination ou chefs religieux: je vous remercie du service que vous avez rendu à votre peuple.

Permettez-moi d’illustrer l’ampleur de cette réalisation par quelques chiffres. Dans les années 1970, l’Inde enregistrait jusqu’à 200 000 cas de poliomyélite chaque année. Chaque campagne nationale contre la poliomyélite supposait la vaccination de près de 170 millions d’enfants par une armée de 2,3 millions de vaccinateurs.

La notification des cas suspects de poliomyélite reposait sur un réseau de plus de 39 000 établissements de santé des secteurs public, privé et informel.

La nécessité d’atteindre chaque enfant signifiait que le moindre recoin de ce vaste pays a été sillonné par des agents infatigables. Cela voulait dire aussi qu’il fallait atteindre tous les enfants des populations marginalisées et migrantes.

L’Inde, confrontée à des problèmes plus ardus que tout autre pays d’endémie poliomyélitique, a su faire face à chaque problème avec originalité et sens de l’innovation. Ce pays a ainsi fait œuvre de pionnier en adoptant des stratégies opérationnelles et techniques essentielles susceptibles de servir d’exemple à d’autres pays.

L’Inde a su exploiter rapidement les nouvelles technologies et en démontrer l’efficacité. Lorsque de meilleurs systèmes étaient nécessaires pour permettre une exécution de qualité, l’Inde les a mis au point. Avec le soutien du bureau de l’OMS dans le pays, l’Inde a mis sur pied un système de surveillance de qualité internationale. Un réseau efficient et fiable de laboratoires a été créé pour effectuer les analyses du poliovirus et confirmer rapidement les cas.

Des millions de vaccinateurs ont été encadrés et motivés. L’Inde a également fait bon usage d’un autre de ses atouts uniques: les vedettes et célébrités de Bollywood.

À mesure que le nombre de cas baissait et que la carte de la poliomyélite rétrécissait, un suivi indépendant des progrès a été mis en place pour offrir un cadre de responsabilité. Des microplans méticuleux ont été établis pour guider chaque équipe de vaccination, chaque jour d’une campagne de vaccination, garantissant un soutien logistique jusqu’au moindre détail.

La surveillance et le suivi ont permis d’obtenir des données de très haute qualité. Des recherches constantes ont produit des éléments pour affiner les stratégies, autre atout du programme indien contre la poliomyélite.

Les travaux de recherche ont permis de mieux comprendre la dynamique de la transmission dans les différentes populations et dans les différents environnements, l’efficacité des différents vaccins et les raisons pour lesquelles certains enfants échappaient à la vaccination. Lorsque la recherche a indiqué que l’efficacité du vaccin était compromise chez les enfants atteints de diarrhée sévère, la mobilisation sociale conduite par l’UNICEF et soutenue par d’autres partenaires a été utilisée pour éduquer les ménages en matière de prévention de la diarrhée.

La pression sur le poliovirus augmentait à chaque fois qu’un problème était mis au jour et résolu. Finalement, ce sont la créativité, l’ingéniosité, la détermination et la persévérance humaines qui ont permis de débarrasser l’Inde du poliovirus.

Mesdames et Messieurs,

L’Inde a montré au monde que rien n’était impossible. C’est en définitive la plus grande leçon et la plus grande source d’inspiration pour les autres pays.

Le leadership de l’Inde dans l’éradication de la poliomyélite est largement apprécié et chaleureusement accueilli, en particulier parmi les 194 États Membres de l’OMS. Le pays a partagé son expérience, ses meilleures pratiques, les enseignements tirés et un personnel spécialisé avec les pays d’endémie restants.

La victoire de l’Inde sur la poliomyélite ouvre la voie à la certification de l’ensemble de la Région de l’Asie du Sud-Est comme exempte de poliomyélite, peut-être d’ici fin mars. Près de 80 % de la population mondiale vivra alors dans des pays certifiés exempts de poliomyélite.

L’élimination de la poliomyélite dans chaque pays reste menacée tant que le poliovirus circule encore quelque part au monde. Nous avons encore du chemin à faire. Mais l’Inde a apporté la preuve décisive que l’éradication est possible aussi bien sur le plan technique qu’opérationnel.

L’Inde est pleinement consciente de la nécessité de préserver cette magnifique réalisation. Le taux de vaccination antipoliomyélitique reste élevé, et des plans de préparation et d’intervention d’urgence ont été mis en place pour pouvoir faire face immédiatement à toute importation.

L’Inde continuera de jouer un rôle directeur mondial tant que la phase finale n’aura pas été menée à terme, y compris avec l’introduction d’un vaccin antipoliomyélitique inactivé et l’abandon progressif du vaccin antipoliomyélitique oral.

À l’heure actuelle, le pays s’appuie sur le succès remporté contre la poliomyélite pour intensifier la vaccination systématique, l’accent étant mis sur l’accès aux populations mal desservies et marginalisées. L’élimination de la rougeole sera sans doute le prochain acquis pour la santé du peuple indien.

Le 13 janvier, l’annonce de l’absence de cas de poliomyélite depuis 3 ans en Inde a fait les gros titres dans le monde entier. Il s’agit là d’une réalisation colossale qui mérite pleinement d’être célébrée aujourd’hui.

Je vous remercie.

Partager

Liens connexes