Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Fièvre jaune en République démocratique du Congo

Le Ministère de la santé de la République démocratique du Congo (RDC) entreprend de lancer en urgence une campagne de vaccination de masse contre la fièvre jaune à partir du 20 juin 2013, suite à l’apparition de six cas confirmés en laboratoire de cette maladie dans le pays le 6 juin 2013.

Les six cas confirmés en laboratoire ont été notifiés dans 3 secteurs sanitaires: Lubao (4 cas), Kamana (1 cas) et Ludimbi-Lukula (1 cas). Ils ont été identifiés par le biais du Programme national de surveillance de la fièvre jaune. La confirmation en laboratoire a été effectuée par l’Institut Pasteur de Dakar au Sénégal, un laboratoire de référence de l’OMS pour la fièvre jaune.

Les investigations préliminaires sur la flambée ont révélé que le cas indicateur était un jeune garçon de 16 ans, originaire du village de Kisengua dans le secteur de Lubao et tombé malade le 1er mars 2013. L’équipe d’investigation a également identifié 51 cas présumés, parmi lesquels 19 décès, dans les trois secteurs sanitaires concernés. Des échantillons de sérum ont été prélevés chez 13 malades et sont en cours d’analyse à l’Institut national de recherche biomédicale (INRB).

La champagne de vaccination de masse vise à couvrir au moins 503 426 personnes dans les trois secteurs touchés.

Le Groupe international de coordination pour l’approvisionnement en vaccin antiamaril (GIC1) fournira 559 000 doses de vaccin contre la fièvre jaune pour la campagne de vaccination de masse dirigée par le Ministère de la santé de la RDC, avec l’appui de l’Alliance GAVI et d’autres partenaires. L’OMS appuie étroitement la gestion de la flambée dans le cadre des activités de surveillance, de prévention et de lutte sur le terrain et dans la mobilisation des ressources.


1 Le GIC est un partenariat qui gère le stock de vaccins antiamarils destiné aux réponses d’urgence sur la base d’un fonds tournant. Il est représenté par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCR) et l’OMS, qui assure aussi son secrétariat. Ce stock est financé par l’Alliance GAVI.

Partager