Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Cas d’infection humaine par le virus de la grippe A(H7N9) en Chine – mise à jour

Le 3 avril 2013, la Commission de la santé et de la planification familiale chinoise a notifié à l’OMS quatre cas d’infection humaine par le virus grippal A(H7N9). Les quatre malades étaient originaires de la Province du Jiangsu à l’est de la Chine. Il n’y a aucun lien entre ces cas.

Parmi les cas, figuraient une femme de 45 ans et une autre de 48 ans dont la maladie s’était déclarée le 19 mars 2013, un homme de 83 ans tombé malade le 20 mars 2013 et une femme de 32 ans dont les symptômes étaient apparus le 21 mars 2013. Tous ces malades sont dans un état critique.

À ce jour, le nombre total de cas confirmés d’infection humaine par le virus de la grippe A(H7N9) s’élève à sept en Chine. Trois cas confirmés avaient été signalés plus tôt dans les provinces de Shanghai et d’Anhui, parmi lesquels deux sont décédés.

Plus de 160 contacts proches de ces quatre cas sont actuellement placés sous surveillance étroite dans la Province du Jiangsu. Jusqu’à présent, aucun d’eux n’a présenté de symptôme de la maladie. Des investigations rétrospectives sont en cours concernant deux contacts de l’un des cas antérieurement notifiés à Shanghai. Des symptômes de la maladie sont apparus chez ces deux contacts, dont l’un est mort et l’autre s’est remis. Aucune confirmation en laboratoire n’est disponible pour ces contacts.

Le gouvernement chinois enquête activement au sujet de cet événement et a relevé le niveau de surveillance de la maladie en vue de sa détection, de son diagnostic et de son traitement précoces. Les mesures visant à prévenir et combattre l’infection ont été renforcées en milieu de soins. Les efforts de communication entre les secteurs de la santé humaine et animale et l’industrie ont été intensifiés. Le gouvernement a conseillé à la population de maintenir une bonne hygiène personnelle, et notamment de se laver fréquemment les mains, et d’éviter le contact direct avec des animaux malades ou morts.

L’OMS est en contact avec les autorités nationales et suit de près cet événement. La réponse internationale coordonnée par l’OMS est également axée sur la coopération avec les centres collaborateurs OMS de référence et de recherche pour la grippe et d’autres partenaires pour s’assurer de la disponibilité des informations et de la mise au point de matériels destinés au diagnostic et au traitement de la maladie et au développement de vaccins. Aucun vaccin n’est actuellement disponible pour ce sous-type de virus grippal. Les résultats d’essais préliminaires fournis par le Centre collaborateur de l’OMS en Chine laissent à penser qu’il est sensible aux inhibiteurs de la neuraminidase (oseltamivir et zanamivir).

À l'heure actuelle, on ne dispose d’aucune preuve d’une transmission interhumaine en cours.

En rapport avec cet événement, l’OMS ne conseille pas de dépistage particulier aux points d’entrée et ne recommande pas non plus la mise en place de quelconques restrictions aux déplacements et au commerce.

Partager

Liens connexes