Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Choléra en Sierra Leone – Bulletin

Depuis le début de l’année, la Sierra Leone a recensé 13 934 cas de choléra, dont 232 motels (taux de létalité de 1,7 %). Le rythme d’apparition des nouveaux cas s’est accéléré rapidement depuis début août. Onze des 13 districts du pays enregistrent désormais des cas, Western Area et Port Loko étant les plus affectés. Le district le plus récemment touché est celui de Kenema.

Le Président de la Sierra Leone ayant déclaré que l’exacerbation de l’épidémie de choléra était une « crise humanitaire », un Groupe spécial présidentiel de haut niveau sur le choléra a été institué pour encadrer la coordination, mobiliser les ressources et orienter la riposte. Une approche multisectorielle a été adoptée, faisant intervenir le Ministère de la Santé et de l’Assainissement, ainsi que d’autres ministères compétents, comme les Finances, l’Information et la Communication, l’Administration locale, ainsi que des partenaires et des parties prenantes.

Un Centre de Contrôle et de Commandement pour le Choléra (C4) a été créé au Bureau de l’OMS dans le pays à Freetown pour mieux coordonner toutes les activités de riposte à la flambée. Cette approche a déjà été employée et s’est avérée efficace contre la flambée de choléra au Zimbabwe en 2008–2009.

Le C4 s’est réuni pour la première fois le 28 août 2012 puis quotidiennement ensuite. Il se compose de tous les sous-comités techniques s’occupant de la surveillance, de la prise en charge des cas, de la logistique et de la mobilisation sociale.

En partenariat avec Médecins Sans Frontières (MSF), l’UNICEF, l’OMS et d’autres, le Ministère de la Santé met en œuvre les activités de prévention et de lutte suivantes : enquête épidémiologique, surveillance, prise en charge des cas dans les centres de traitement du choléra, mesures de contrôle de l’eau et de l’assainissement, mobilisation sociale et éducation des communautés.

L’OMS continue d’aider la Sierra Leone dans les domaines de l’épidémiologie, de la mobilisation sociale de la surveillance et elle a mobilisé des experts du Bureau régional AFRO (dont l’équipe d’appui interpays) et du Siège.

Le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) a fourni une expertise en matière de prise en charge des cas et de laboratoire à partir du Centre international de Recherche sur les maladies diarrhéiques au Bangladesh (ICDDR,B) qui a depuis longtemps une expérience de la riposte internationale au choléra.

L’OMS ne recommande pas d’appliquer à la Sierra Leone des restrictions aux voyages ou au commerce.

Partager

Liens connexes