Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Nigéria: vague d’intoxications au plomb dues aux activités minières dans l’État de Zamfara – bulletin n°1

La vague d’intoxications au plomb due aux activités minières dans l’État de Zamfara (Nigéria), découverte en mars 2010, continue de sévir dans les populations des villages de trois zones d’administration locale (LGA): Anka, Bukkuyum et Maru.

Si l’ampleur véritable du problème n’est pas encore totalement déterminée, une enquête menée par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis (US-CDC), à la demande du Ministère fédéral nigérian de la Santé, a révélé au moins 43 villages dans l’État de Zamfara où il y a des cas confirmés de saturnisme (concentration sanguine en plomb > 10 μg/dl). Dans au moins sept de ces villages, il y a des enfants nécessitant un traitement chélateur (concentration sanguine en plomb > 45 μg/dl). Ils s’ajoutent aux sept villages qui sont désormais réhabilités.

En associant les efforts pour supprimer l’exposition au plomb, les traitements chélateurs et autres thérapies d’appui, le taux de mortalité chez les enfants exposés dans les sept villages réhabilités est passé de 43% en 2010 à 1% en 2011.

Mesures prises

L’OMS et de nombreux partenaires ont aidé les autorités au niveau de l’État et au niveau fédéral à gérer la situation, qui ne peut être résolue sans apporter des changements durables aux activités minières pour éviter de nouvelles pollutions de l’environnement par le plomb. Pour cela il faut déplacer les activités de traitement du minerai et la conservation des matières en dehors des villages, adopter de nouvelles méthodes de traitement produisant moins de poussière, ainsi que des mesures d’hygiène comme d’enlever les vêtements contaminer et de les laver avant de rentrer chez soi.

L’OMS continue de plaider auprès des autorités nigérianes pour qu’elles accordent davantage d’attention à ce problème et s’engagent à prendre de nouvelles mesures durables pour éviter les conséquences graves et définitives de l’intoxication au plomb pour toute une génération d’enfants au Zamfara.

L’action contre l’intoxication massive au plomb dans l’État de Zamfara a engagé de multiples organismes, comme l’OMS, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Unité conjointe de l’environnement du Bureau de la coordination des affaires humanitaires, Médecins Sans Frontières (MSF), les CDC, le Blacksmith Institute, TerraGraphics Environmental Engineering Inc et l’Artisanal Gold Council, qui collaborent avec les autorités et les dirigeants aux niveaux des communautés, de l’État et au niveau fédéral.

Avec un financement de 1,9 million de dollars fourni par le Fonds central des Nations Unies pour les interventions d’urgence (CERF) à l’OMS et à l’UNICEF, les activités suivantes ont été menées :

  • réhabilitation de cinq villages (Abare, Tungar Guru, Tungar Daji, Sunke et Duza);
  • activités de mobilisation sociale et de sensibilisation visant à informer les communautés locales des dangers du plomb, de la façon d’éviter d’y être exposé, dont des processus plus sûrs pour les activités minières et l’extraction de l’or;
  • activités de plaidoyer auprès des autorités de l’État et des autorités fédérales, ainsi qu’auprès des dirigeants locaux;
  • mise en place d’un système de surveillance pour la détection précoce du saturnisme dans l’État de Zamfara;
  • fourniture de trois appareils manuels à fluorescence X pour mesurer rapidement les concentrations du sol en plomb;
  • fourniture de quatre analyseurs de terrains et de leurs kits pour le dosage rapide des concentrations sanguines en plomb;
  • fourniture d’un spectromètre d’absorption atomique à four au graphite, des équipements accessoires et des réactifs, ainsi que des conseils techniques, pour la mise en place d’un laboratoire de référence pour le dosage du plomb;
  • formation au diagnostic et à la prise en charge du saturnisme destinée aux médecins et aux personnels infirmiers et de laboratoire au centre de traitement du saturnisme planifié à Gusau;
  • fourniture d’antidotes pour le traitement du saturnisme;
  • coordination des partenaires participants aux actions de riposte.

Le travail de réhabilitation a été organisé par le Blacksmith Institute et TerraGraphics Environmental Engineering Inc, en collaboration avec les autorités de l’État de Zamfara et de prestataires locaux. Il a consisté à identifier les zones polluées dans les villages, enlever le sol contaminé, l’éliminer dans des décharges sécurisées et le remplacer par du sol propre. De plus, les murs et les autres surfaces dans les enclos familiaux ont été nettoyés. Au total, sept villages ont été réhabilités, dont deux avant la mise à disposition des fonds du CERF. TerraGraphics a assuré la formation pour les procédures d’évaluation et de réhabilitation de façon à ce que les organismes locaux puissent poursuivre ces activités.

MSF a continué de fournir le traitement chélateur pour les enfants intoxiqués dans les villages décontaminés et a désormais plus de 2000 enfants de moins de cinq ans qui suivent son programme de traitement.

Difficultés persistantes

Cette grave situation d’urgence environnementale ne peut être résolue rapidement. La réhabilitation est une tâche difficile qui prend beaucoup de temps. Les enfants doivent attendre que les enclos familiaux soient nettoyés avant de pouvoir commencer le traitement et certains d’entre eux auront besoin du traitement chélateur pendant de nombreux mois. Il faut des efforts continuels pour persuader les populations d’adopter de nouvelles habitudes. De plus, les capacités de diagnostic et de prise en charge du saturnisme au Nigéria doivent encore être renforcées et soutenues. Une autre difficulté réside dans l’achat de quantités suffisantes d’agents de chélation: ce sont des médicaments onéreux qui n’existent pas sous forme de génériques. Il faut donc obtenir un engagement sur le long terme de la part des dirigeants et des autorités au niveau des communautés, de l’État et au niveau fédéral au Nigéria, ainsi que de la part des professionnels de la santé et de l’environnement, des partenaires techniques et des donateurs.

Dans la ville de Bagega de la Zone administrative locale d’Anka, la situation est particulièrement préoccupante. Cette localité est un centre régional de traitement des minerais et du commerce informel de l’or. De nombreux enclos familiaux et zones communales de la ville ont des concentrations du sol en plomb supérieures à 1000 ppm (400 ppm étant la limite aux États-Unis d'Amérique pour les zones où il ya des enfants) et l’on estime que 1500 jeunes enfants pourraient souffrir de saturnisme. Avant de pouvoir les traiter, ils doivent pouvoir vivre dans un environnement propre. Il y a donc un besoin urgent de décontaminer Bagega et les autres villages et de fournir la chélation et d’autres traitements.

Partager