Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Poliovirus sauvage en Côte d’Ivoire

Le poliovirus sauvage de type 3 (PVS3) est actuellement à l’origine d’une flambée en Côte d’Ivoire avec trois nouveaux cas notifiés pour lesquels la paralysie est apparue le 27 janvier, le 24 février et le 27 février.

Le séquençage génétique des virus isolés a établi un lien avec un PVS3 détecté pour la dernière fois dans le Nord du Nigéria au milieu de l’année 2008. Ce sont les premiers PVS3 enregistrés en Côte d’Ivoire depuis 2000. En 2008-2009, une flambée impliquant un poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) avait sévi dans ce pays, ainsi que dans toute l’Afrique de l’Ouest (et elle avait été interrompue récemment).

Il y a actuellement un risque élevé de propagation du PVS3, à l’intérieur comme à l’extérieur de la Côte d’Ivoire. Depuis 2000, c’est la première fois que l’on enregistre le PVS3 dans cette partie de l’Afrique de l’ouest (la transmission du PVS3 s’est limitée au Nord du Nigéria et à certaines régions du Niger et, depuis 2008, également dans certaines parties du Mali et il y a eu un cas au Bénin). La riposte à la flambée pourrait être gênée par la situation actuelle d’insécurité en Côte d’Ivoire. En raison de la persistance de lacunes dans la surveillance au niveau local dans ce pays et dans d’autres zones d’Afrique de l’Ouest, on ne peut exclure pour le moment que le virus circule ailleurs de manière inaperçue.

La détection de ces cas d’infection par le PVS3 souligne les risques qu’une surveillance insuffisante fait courir à l’effort entrepris pour l’éradication mondiale de la poliomyélite. À l’échelle mondiale, la transmission du PVS3 n’a jamais été aussi faible, avec seulement neuf cas notifiés dans le monde entier en 2011. Les efforts pour interrompre rapidement toutes les chaînes restantes de transmission du PVS3 sont donc une priorité essentielle pour l’éradication mondiale de la poliomyélite.

Il est primordial d’interrompre de toute urgence la flambée de PVS3, tout en maintenant une forte immunité de la population en Afrique de l’Ouest contre le PVS1. Deux tournées d’activités supplémentaires de vaccination (AVS) coordonnées et multi-pays avec le vaccin antipoliomyélitique buccal bivalent (VPOb) et le vaccin antipoliomyélitique buccal trivalent (VPOt) ont été ou vont être organisées le 25 mars et le 29 avril 2011 dans 15 pays d’Afrique de l’Ouest (sauf en Côte d’Ivoire, voir paragraphe suivant). Une nouvelle riposte à la flambée est en cours de planification dans six pays, en plus de ces deux AVS multi-pays. Elle pourrait consister à avancer plus tôt dans l’année les AVS prévues au quatrième trimestre.

En Côte d'Ivoire, l’AVS de fin mars n’a pas eu lieu à cause de la situation politique et de l’insécurité actuelles. Une tournée est proposée dans la province affectée pour administrer le VPOb fin avril 2011 et elle sera suivie de deux journées nationales de vaccination (JNV) dès que la situation le permettra. La planification est en cours pour veiller à ce que les moyens (techniques, opérationnels et les vaccins) soient en place pour cette action d’urgence. La coordination avec les institutions des Nations Unies et les organisations non gouvernementales (ONG) opérant en Côte d’Ivoire se poursuit, pour assurer l’adjonction du VPO à toute activité de vaccination prévue, en particulier pour les populations déplacées. La transmission en cours sera surveillée et des opérations de ratissage mises en œuvre en fonction de l’épidémiologie.

Une enquête est en cours pour repérer plus précisément les lacunes de la surveillance dans la région, y compris parmi les populations mobiles, migrantes et mal desservies. Des mesures seront prises pour renforcer la surveillance locale, afin de veiller à couvrir tous les groupes et toutes les régions, notamment les populations à haut risque, par une surveillance de qualité.

Comme l’OMS l’énonce dans ses recommandations publiées dans Voyages internationaux et santé, les voyageurs à destination et en provenance de la Côte d’Ivoire et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest touchés par la poliomyélite doivent être pleinement protégés par la vaccination. Ceux à qui on a administré dans le passé trois doses ou plus de VPO devraient se voir proposer une autre dose de vaccin antipoliomyélitique avant leur départ. Toute personne non vaccinée souhaitant voyager doit recevoir la vaccination complète. Il convient d’administrer la vaccination complète à tous les voyageurs en provenance de Côte d’Ivoire et d’autres pays affectés en Afrique de l’Ouest avant leur départ, ou au moins une dose de VPO au minimum.

Pour en savoir plus

Partager