Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Flambées de rougeole en Europe

Au 18 avril 2011, 33 pays en Europe avaient notifié plus de 6 500 cas de rougeole. Les enquêtes épidémiologiques et le génotypage ont confirmé la transmission du virus rougeoleux entre plusieurs pays de la Région et vers les Amériques.

La Belgique* a notifié 100 cas jusqu’à présent, contre 40 pour toute l’année 2010.
La Bulgarie* a notifié 131 cas cette année, contre 24 000 en 2009-2010.
La France* a notifié 4 937 cas de janvier à mars 2011, contre 5 090 pour toute l’année 2010.
En Serbie**, près de 300 cas ont été notifiés à Leskovac, dans le Sud-Est du pays.

L’Espagne* signale deux flambées de rougeole, en cours depuis octobre 2010, avec plus de 600 cas en Andalousie. Pour la première, les zones les plus affectées sont Séville et les municipalités voisines où l’on a rapporté plus de 350 cas de rougeole depuis janvier 2011. On signale aussi des cas parmi les personnels de santé. La seconde a été signalée dans la province de Grenade, où l’on a notifié environ 250 cas depuis octobre 2010.

Depuis le début d’une flambée de rougeole en septembre 2010, l’ex-République yougoslave de Macédoine** a notifié 636 cas jusqu’à la première semaine d’avril 2011, avec plus de 400 cas diagnostiqués en 2011. La capitale, Skopje, est la zone la plus touchée.

La Turquie* a signalé une flambée à Istanbul avec plus de 80 cas en janvier 2011.

Le génotype D4 du virus rougeoleux a été confirmé dans toutes les flambées sauf pour la seconde en Espagne et celle en Turquie. À partir de cas de la seconde flambée en Espagne, on a isolé le génotype B3, tandis que le génotype D9, originaire d’Asie du Sud-Est et commun dans cette région (par exemple en Malaisie et en Indonésie) a été confirmé comme étant à l’origine de la flambée d’Istanbul (Turquie) en janvier 2011.

De plus, cette année, on a signalé des flambées et une augmentation du nombre des cas en Allemagne*, en Fédération de Russie**, en Norvège*, aux Pays-Bas*, en Roumanie*, au Royaume-Uni* et en Suisse*.

Les voyages augmentent le risque d’exposition au virus rougeoleux et de continuation de la propagation dans des populations sensibles, si elles ne sont pas vaccinées. Pour éviter une poursuite de la propagation, l’OMS invite les autorités sanitaires à préconiser la vaccination avant les voyages et à demander aux services de vaccination des systèmes de santé d’administrer le vaccin conformément aux calendriers nationaux de vaccination existants.

L’OMS recommande d’administrer deux doses de vaccin antirougeoleux à tous les enfants et au moins une dose aux adolescents et aux adultes avant un voyage international, en cas d’incertitude sur leur statut immunitaire.

* Source : EUVACNET (http://www.euvac.net/graphics/euvac/index.html)
** Source : CISID (http://data.euro.who.int/cisid/)

Pour en savoir plus

Partager