Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Méningococcie dans la ceinture de la méningite en Afrique

Situation épidémiologique en 2008 : faible activité de la méningite jusqu'à présent

22 février 2008

Le Centre de Surveillance Pluripathologies (CSPP) de l'OMS à Ouagadougou (Burkina Faso) surveille la situation de la méningite en Afrique pendant toute la saison épidémique et, en particulier dans 13 pays faisant l'objet d'une surveillance saisonnière renforcée : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, l'Éthiopie, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigéria, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Tchad et le Togo.

Selon les rapports préliminaires de ces pays, 2 312 cas au total (dont 324 mortels) se sont produits entre le 1er janvier et le 10 février 2008. Ces chiffres sont de 29 % inférieurs à ceux de la période correspondante de six semaines en 2007 (3 274 cas, dont 413 mortels), ce qui indique, jusqu'à présent, une activité plus faible de la méningite en 2008.

Parmi les pays ayant notifié des cas au CSPP du Burkina Faso, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo ont signalé des flambées depuis le début de la saison. D'autres pays signalent une activité de la méningite, sans atteindre le seuil épidémique au niveau des districts : le Bénin, la Côte d'Ivoire, l'Éthiopie, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigéria et le Togo. Le Cameroun et le Tchad n'ont pas notifié de cas.

Le Burkina Faso est le pays le plus affecté, avec un total de 1 422 cas, dont 204 mortels (taux de létalité de 14,3 %), notifiés du 1er janvier au 10 février. Cela représente plus de 61 % de l'ensemble des cas notifiés au CSPP en 2008 (contre 64 % pour la même période en 2007).

On a identifié Neisseria meningitidis A (Nm A) comme étant l'agent causal dans les districts de Mangodara et Sapouy. Une campagne de vaccination de la population âgée de 2 à 29 ans a été mise en œuvre dans ces districts, ainsi qu'à Gaoua. Une évaluation transfrontalière de la situation est en cours en Côte d'Ivoire, dans la zone voisine du district de Mangodara. Bien que la tendance épidémiologique au Burkina Faso soit la même que celle observée l'année dernière, on a constaté au cours des six premières semaines de l'année 2007 un plus grand nombre de cas notifiés et davantage de districts dépassant le seuil épidémique (8, au lieu de 2 en 2008).

Le Ministère de la Santé de la République centrafricaine riposte avec une campagne de vaccination de masse dans certaines communes qui ont atteint le seuil épidémique dans la préfecture de Nana-Gribizi, au nord du pays. Au total 45 cas, dont 5 mortels (taux de létalité de 11 %) ont été signalés à la fin de la semaine 6 et Nm A a été identifiée comme étant l'agent pathogène. L'OMS et le Groupe international de coordination (GIC) font partie des partenaires internationaux fournissant une assistance pour les campagnes de vaccination.

En République démocratique du Congo1, la situation est en cours d'évaluation dans le district d'Aru, limitrophe de celui d'Arua en Ouganda, où 167 cas, dont 17 mortels (taux de létalité de 10,2 %), ont été signalés du 1er janvier au 10 février 2008. Les zones les plus affectées sont celles de Laybo, Ariwara et Aungba. Le district d'Aru avait également connu une flambé au début de 2007.

Situation dans d'autres pays de la ceinture de la méningite

Dans le sud du Soudan, la situation est en cours d'évaluation dans les zones où des cas suspects ont été signalés, parmi lesquelles les comtés d'Awerial, Bor, Jur River et Torit.

L'Ouganda a connu une flambée dans le district d'Arua (région du Nil occidental), avec un total de 380 cas, dont 17 mortels (taux de létalité de 4,5 %), signalés du 13 décembre 2007 au 28 janvier 2008. On a observé une forte baisse du nombre hebdomadaire des cas à la suite de la campagne de vaccination de masse, mise en œuvre lors de la semaine 4.

Aucun cas suspect n'a été signalé dans les autres pays de la ceinture de la méningite, c'est-à-dire l'Érythrée, la Guinée, la Gambie, le Kenya, la Mauritanie et le Sénégal.

Disponibilité du vaccin par le GIC

Jusqu'à présent, le GIC a fourni en 2008 aux campagnes de vaccination en République centrafricaine 40 000 doses de vaccin, du matériel d'injection et des conteneurs de sécurité pour l'élimination du matériel.

Les réserves actuelles du GIC, disponibles pour intervenir en cas de flambées au cours de cette saison, se montent à 7 millions de doses de vaccin polyosidique bivalent A/C et 3,3 millions de doses de vaccin polyosidique trivalent A/C/W135.

Pour en savoir plus sur la présentation de demandes pour se procurer des vaccins par l'intermédiaire du GIC et sur la surveillance régionale de la méningite, cliquer sur les liens ci-dessous.


1 Les seuils ne sont pas applicables dans ce pays limitrophe de la ceinture de la méningite.

Partager