Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Déclaration du Directeur général suite à la neuvième réunion du Comité d’urgence


10 août 2010

Le Comité d’urgence a tenu sa neuvième réunion par téléconférence le 10 août 2010.

Le Secrétariat a présenté au Comité d’urgence un bilan épidémiologique et une mise à jour sur la situation mondiale concernant la pandémie de grippe H1N1 (2009). On a insisté particulièrement sur la situation épidémiologique dans l’hémisphère Sud, où c’est actuellement la saison grippale d’hiver dans de nombreux pays. La mise à jour a également porté sur certains pays signalant une transmission active du virus de la grippe pandémique. Les représentants des Gouvernements argentin, australien, indien, néozélandais et sud-africain ont décrit les dernières évolutions dans leur pays. Une attention particulière a été portée à la situation dans certains pays connaissant actuellement de fortes épidémies de grippe causées principalement par le virus H1N1 (2009).

Tout en notant avec préoccupation ces épidémies, le Comité a fondé son appréciation sur la situation mondiale. Les membres ont pris acte des indications claires montrant que la grippe, au niveau mondial, évolue vers des modes saisonniers de transmission. Dans la majorité des pays, on n’observe plus de flambées hors saison et l’intensité de la transmission du virus H1N1 (2009) est plus faible que celle notifiée en 2009 et début 2010. Les membres ont noté en outre que le virus H1N1 (2009) continuerait probablement à circuler pendant quelques années encore, se comportant comme un virus grippal saisonnier.

Le Comité a convenu que la situation mondiale de la grippe ne représentait plus un événement extraordinaire nécessitant des mesures d’urgence immédiates à l’échelle internationale. À son avis, l’urgence de santé publique de portée internationale recommandée suite à l’émergence du virus H1N1 (2009) devrait être considérée comme terminée. Le Comité a noté en outre que les recommandations temporaires adoptées face à l’urgence de santé publique de portée internationale avaient pris fin.

Après de longues discussions, le Comité a indiqué à l’unanimité au Directeur général que la pandémie de grippe était terminée, même si des épidémies importantes dues au virus H1N1 (2009) continuent de se produire dans certains pays. Les membres ont indiqué qu’il avait été nécessaire d’attendre de pouvoir disposer des données de la saison d’hiver dans l’hémisphère Sud pour effectuer une telle appréciation au niveau mondial avec un degré de confiance raisonnable.

Le Comité a noté que les informations en provenance d’Inde, de Nouvelle-Zélande et des pays insulaires du Pacifique correspondaient à ce qui était attendu, à savoir que certains pays pourraient connaître des niveaux importants d’activité grippale associée au virus H1N1 (2009) à l’avenir, et a exprimé la nécessité pour les autorités nationales de continuer d’appliquer les mesures de riposte aux épidémies dans les pays où de tels événements se produiraient. Le Comité a fortement insisté sur la nécessité pour les États de maintenir une surveillance vigilante des maladies et le suivi des flambées de grippe et des syndromes d’allure grippale, et d’assurer que les mesures de santé publique nécessaires pour prévenir et maîtriser la grippe restent en vigueur. Ces mesures comprennent la poursuite de l’utilisation des vaccins contre la grippe saisonnière ou contre la grippe pandémique due au virus H1N1 (2009), le cas échéant et lorsqu’ils sont disponibles. Le Comité a noté que le taux de vaccination contre la grippe pandémique dans certains pays insulaires du Pacifique semblait suffisamment élevé pour réduire le risque de flambées dans ces pays.

Sur la base de l’avis du Comité d’urgence, et de sa propre appréciation de la situation, le Directeur général a déterminé que le monde n’était plus en situation de pandémie de grippe et a donc mis fin à l’urgence de santé publique de portée internationale conformément au Règlement sanitaire international (2005).

À la lumière de ces décisions, le Directeur général a remercié les membres et le conseiller du Comité d’urgence de leurs bons et loyaux services et de leurs avis d’experts, d’une grande importance pour la santé publique internationale.

Les travaux du Comité d’urgence étant maintenant terminés, les noms, affiliations et intérêts déclarés des membres du Comité et du conseiller seront publiés sur le site Web de l’OMS dès que possible.

Partager