Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Hépatite

Programme mondial de lutte contre l'hépatite

Reconnaissant l’énorme charge de morbidité due à l’hépatite virale, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté en 2010 la résolution WHA63.18 demandant une approche globale pour la prévention et les mesures de lutte contre cette maladie.

À la suite de cette résolution, l’OMS a créé le Programme mondial de lutte contre l’hépatite avec les buts suivants :

  • réduire la transmission des agents causals de l’hépatite virale;
  • réduire la morbidité et la mortalité dues à l’hépatite virale en améliorant les soins dispensés aux patients;
  • réduire l’impact socio-économique de l’hépatite virale au niveau individuel et à celui des communautés et des populations.

Cadre d'action mondiale

Journée mondiale contre l'hépatite - 28 juillet

  • Journée mondiale contre l'hépatite
    Chaque année le 28 juillet, l’OMS et ses partenaires marquent la Journée mondiale contre l’hépatite pour sensibiliser au problème de l’hépatite virale et aux maladies qu’elle provoque.

L’hépatite virale en bref

L’hépatite est une inflammation du foie, d’origine virale le plus souvent. Il y a cinq virus principaux de l’hépatite, appelés A, B, C, D et E. Ces cinq types sont les plus préoccupants en raison de la charge de morbidité et de la mortalité qu’ils entraînent et du risque de flambée et de propagation épidémique. Les types B et C en particulier, provoquant des affections chroniques chez des centaines de millions de personnes. Pris ensemble, ils sont la cause la plus fréquente de cirrhose et de cancer hépatique.

En général, les hépatites A et E sont provoquées par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. Les hépatites B, C et D surviennent habituellement à la suite d’un contact par voie parentérale avec des liquides biologiques infectés. Les modes courants de transmission pour ces virus sont les transfusions de sang ou de produits dérivés, les actes médicaux invasifs avec du matériel contaminé et, pour l’hépatite B, la transmission de la mère à l’enfant à la naissance, d’un membre de la famille à un enfant ou par contact sexuel.

L’infection aiguë peut être asymptomatique ou s’accompagner de symptômes discrets. Sinon, on peut observer les symptômes suivants: ictère (coloration jaune de la peau et des yeux), urines sombres, asthénie extrême, nausées, vomissements et douleurs abdominales.

Flambées épidémiques

  • 23 juillet 2014
    Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) – mise à jour
  • 19 juillet 2014
    Maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest – mise à jour
  • 17 juillet 2014
    Mise à jour sur la poliomyélite en Guinée équatoriale