Alerte et action au niveau mondial (GAR)

Ils luttent contre Ebola

Galerie photos

Cette galerie photos raconte l’histoire de personnes qui contribuent à endiguer l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Leur travail et leur dévouement méritent toute notre gratitude.


Alpha Tamba, responsable de la surveillance au Libéria

«L’un des aspects clés de la réunion transfrontalière entre la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, qui s’est tenue à Foya dans le comté de Lofa au Libéria, est que lorsque nous investiguons des cas d’Ebola ou lorsque nous dressons des listes de contacts à suivre, nous partageons ces informations avec nos homologues de l’autre côté de la frontière. La maladie à virus Ebola ne s’arrête pas aux limites des pays et si nous voulons poursuivre son endiguement, nous devons connaître en tant que responsables de la surveillance ce qui se passe de l’autre côté.»
- Alpha Tamba, responsable de la surveillance, comté de Lofa, Libéria


Lee Ibrahim, chauffeur, Sierra Leone

«Depuis juillet de cette année, je travaille comme chauffeur pour diverses équipes de l’OMS. Je ne sais plus combien de kilomètres j’ai parcourus avec ce véhicule. Dans le district de Kailahun, de nombreux villages sont très éloignés et les routes pour y accéder sont peu carrossables et difficiles. Je connais bien la région, mes collègues de l’OMS se fient à mes connaissances pour parvenir dans ces villages. Je suis content que l’on puisse atteindre ces endroits reculés et que mes collègues de l’OMS puissent faire leur travail.»
- Lee Ibrahim, chauffeur de l’OMS, Kailahun, Sierra Leone


Othello Gbollie, agent des services d’immigration, Libéria

«Il y a environ deux semaines le 20 février, le Président a décidé de lever le couvre-feu et de réouvrir les frontières. Nous entrevoyons un peu d’espoir après la crise Ebola massive que nous avons vécue dans le comté de Lofa au Libéria. Les choses vont en s’améliorant et nous espérons que bientôt la Sierra Leone ouvrira également ses frontières et que nous pourrons reprendre nos vies habituelles, revenir à la normale et visiter nos proches de l’autre côté de la frontière.»
- Lieutenant Othello Gbollie, agent des services d’immigration, Libéria


«Nous sommes venus en Sierra Leone car nous ressentions la nécessité d’aider nos voisins à combattre Ebola compte tenu de l’expérience que nous avions acquise contre cette maladie au Libéria. Nous pensons que nous pouvons contribuer à réduire le nombre de personnes atteintes comme nous l’avons fait dans notre pays.»
- T. Cooper, administrateur et directeur adjoint de la première équipe d’interventions au Libéria


Rob Fowler, médecin canadien spécialiste des soins intensifs, engagé dans la lutte contre la maladie à virus Ebola
OMS/S. Gborie

«Si nous apportons une réponse énergique dans le cadre des soins individuels aux patients – si nous disposons de personnel en effectif suffisant pour soigner les patients pendant le nombre d’heures quotidiennes dont ils ont besoin – nous pouvons arracher à la mort la majorité des malades avec des traitements simples et de soutien dont nous disposons, même en l’absence de médicament anti Ebola spécifique.»
- Rob Fowler, médecin spécialisé dans les soins critiques


OMS/C. Salvi

«C’est différent de travailler pour un objectif humanitaire, vous sentez que vous faites quelque chose de bien. Nous avons transporté les premiers échantillons de virus Ebola de la zone de Guéckédou à Conakry lorsque la flambée a commencé. Ce vol a été vraiment émouvant car nous savions que nous transportions des matières biologiques à risque. Les agents sanitaires nous ont cependant expliqué tout ce que nous avions besoin de savoir, nous nous sommes sentis en sécurité et responsables.»
- Julian Bec, pilote, Guinée


«Je suis heureux que mon expérience concernant Ebola puisse avoir une incidence sur les connaissances de nos agents de santé et contribuer à l’éradication de la maladie au Libéria.»
- Austin Jallah, formateur expert auprès des patients au Libéria