Cancer

Dépistage et détection précoce du cancer

Détection précoce du cancer

Une détection précoce du cancer augmente considérablement les chances de réussite du traitement. Elle repose sur deux éléments principaux : l’éducation en faveur du diagnostic précoce et le dépistage.

Savoir reconnaître les signes d’alerte éventuels et agir rapidement conduisent à un diagnostic précoce. Une meilleure sensibilisation des médecins, du personnel infirmier et autres prestataires de soins de santé ainsi que du grand public aux signes d’alerte éventuelle du cancer peut avoir un impact considérable sur la maladie.

Parmi les signes précoces de cancer, on peut citer : la présence de masses, de lésions qui ne guérissent pas, de saignements anormaux, d’une indigestion persistante et d’une raucité chronique de la voix. Le diagnostic précoce est particulièrement utile dans le cas des cancers du sein, du col utérin, de la bouche, du larynx, du côlon, du rectum et de la peau.

Dépistage

Le dépistage fait référence à l’utilisation de tests simples dans une population en bonne santé pour recenser les sujets qui présentent la maladie mais qui n’en ont pas encore les symptômes. On peut citer par exemple le dépistage du cancer du sein à l’aide de la mammographie et le dépistage du cancer du col utérin par des méthodes cytologiques, notamment l’examen de frottis vaginaux (test de Papanicolaou).

On n’entreprendra des programmes de dépistage que lorsque leur efficacité a été démontrée, que les ressources (personnel, équipement, etc.) sont suffisantes pour couvrir presque tout le groupe cible, qu’il existe des installations pour confirmer le diagnostic et traiter et suivre ceux qui présentent des résultats anormaux, et que la prévalence de la maladie est suffisamment élevée pour justifier l’effort et le coût du dépistage.

Selon les données existantes, on ne peut préconiser un dépistage de masse dans la population que pour le cancer du sein ou du col utérin, à l’aide de la mammographie ou d’un examen cytologique, dans les pays où les ressources permettent de couvrir largement la population.

Plusieurs études en cours cherchent actuellement à évaluer des stratégies de dépistage à bas prix qui puissent être mises en œuvre durablement dans des endroits défavorisés. Par exemple, l’inspection visuelle à l’acide acétique peut s’avérer une méthode de dépistage efficace du cancer du col utérin dans un avenir proche.

On a besoin de davantage d’études qui évaluent des méthodes à bas coût pour remplacer la mammographie, par exemple l’examen clinique des seins.

Pour en savoir plus sur le dépistage du cancer

Informations essentielles sur l'OMS

Directeur général
Direction générale

Gouvernance de l'OMS
Constitution de l'OMS, Conseil exécutif et Assemblée mondiale de la Santé

Centre des médias
Informations, événements, aide-mémoire, contacts et multimédia

Voyages internationaux et santé
Recommandations utiles pour les voyages, vaccinations obligatoires

Rapport sur la santé dans le monde
Rapport annuel sur la santé publique mondiale et statistiques essentielles