Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Succès des nouvelles normes OMS de croissance de l'enfant

Les nouvelles normes de croissance, présentées par l’OMS en 2006, ont été adoptées par plus de 140 pays. Gozde Zorlu a demandé au Dr Mercedes de Onís, coordonnateur de l’unité Évaluation et surveillance de la croissance de l’OMS en quoi ces normes représentent une nouvelle approche et quelle est leur utilité.

Bulletin de l’Organisation mondiale de la Santé 2011;89:250–251. doi:10.2471/BLT.11.040411

OMS

Le Dr Mercedes de Onís est coordonnateur de l’unité Évaluation et surveillance de la croissance de l’OMS. Elle a dirigé l’étude multicentrique sur la référence de croissance de son lancement jusqu’à l’établissement par l’OMS de normes de croissance de l’enfant. Diplômée de la Faculté de médecine de l’université Complutense de Madrid en 1981, le Dr de Onís s’est spécialisée en santé publique et en épidémiologie à l’École de santé publique de l’université Johns Hopkins de 1984 à 1986. Elle a ensuite rédigé sa thèse de doctorat sur le retard de croissance intra-utérin aux Instituts nationaux de santé des États-Unis d’Amérique.

Q: En quoi consistent les normes OMS de croissance de l’enfant?

R: Ce sont des courbes et des tableaux qui permettent de déterminer de façon simple si un enfant grandit et se développe normalement. Ils peuvent aussi servir à évaluer l’efficacité des efforts déployés pour lutter contre la mortalité et les maladies chez l’enfant. Ces nouvelles normes indiquent pour la toute première fois que, lorsque les conditions sont optimales au début de la vie, des enfants nés dans différentes régions du monde peuvent grandir et se développer pour atteindre la même gamme de taille et de poids pour un âge donné. Les normes de l’OMS sont largement utilisées en santé publique et en médecine et par des organisations gouvernementales et de santé pour s’assurer du bien-être des enfants. Elles servent également à détecter les anomalies de croissance, l’insuffisance pondérale ou le surpoids.

Q: Comment mesurait-on la croissance des enfants auparavant?

R: Avant la mise au point des normes de croissance de l’enfant, l’OMS recommandait, dès la fin des années 1970, d’utiliser les références de croissance du Centre national de statistiques sanitaires des États-Unis d’Amérique.

Q: Quelle est la différence entre les normes de croissances actuelles et les références de croissance utilisées auparavant?

R: Les nouvelles normes de croissance et de développement sont basées sur l’allaitement maternel comme norme biologique et sur le nourrisson allaité au sein. La référence précédente était principalement basée sur la croissance de nourrissons nourris au lait maternisé. En outre, contrairement à la référence internationale précédente, fondée sur un seul pays [les États-Unis d’Amérique], les normes de croissance de l’OMS sont de portée mondiale et applicables à l’ensemble des enfants.

Q: Quelle est la différence entre une norme de croissance et une référence de croissance?

R: Une référence de croissance fournit uniquement un point de comparaison mais les écarts ne sont pas nécessairement le signe d’une croissance anormale. En revanche, une norme fixe une cible souhaitable, un niveau à atteindre, et permet donc d’orienter et d’évaluer plus efficacement les interventions destinées à améliorer le développement et la croissance. En 1993, à l’issue d’une étude complète de ces références de croissance, l’OMS a conclu que celles-ci présentaient des inconvénients sur le plan biologique et technique et a recommandé une approche novatrice: la mise au point d’une norme plutôt que d’une référence.

Q: Comment les normes OMS de croissance ont-elles été mises au point?

R: Les normes OMS de croissance sont fondées sur les données tirées de l’étude multicentrique sur la référence de croissance effectuée par l’Organisation de 1997 à 2003 selon une méthode rigoureuse qui sert de modèle de collaboration pour les travaux de recherche internationaux. Cette étude constituait une base solide pour la mise au point d’une norme car l’échantillon était composé d’enfants en bonne santé élevés dans des environnements ne présentant pas d’obstacles à la croissance. En outre, les mères des enfants sélectionnés pour établir ces normes avaient des habitudes saines essentielles: elles allaitaient au sein et elles ne fumaient pas. L’application de méthodes rigoureuses de collecte des données et de procédures standardisées sur les six sites d’étude (le Brésil, les États-Unis d’Amérique, le Ghana, l’Inde, la Norvège et Oman) a permis d’obtenir des données de très bonne qualité. Les normes ont été mises au point selon les méthodes statistiques les plus modernes.

Q: Quel est le lien entre les normes OMS de croissance et les pratiques relatives à l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant?

R: Chez le nourrisson, croissance et alimentation sont étroitement liées. Les bienfaits de l’allaitement maternel sur le plan nutritionnel, immunologique et de la croissance ont été prouvés et le nourrisson allaité au sein constitue donc la norme en matière de croissance physiologique. Les normes OMS de croissance sont basées sur les nourrissons allaités au sein car le lait maternel favorise non seulement la croissance mais aussi le développement cognitif. Les nouvelles normes de croissance offrent aux pédiatres un meilleur outil pour contrôler la croissance des nourrissons allaités au sein et permettent aussi de renforcer les politiques sanitaires et le soutien du grand public en faveur de pratiques d’alimentation du nourrisson appropriées.

Q: Combien de pays ont adopté les normes OMS de croissance depuis 2006?

R: Les normes ont été adoptées par plus de 140 pays [au début de mars 2011] et mises en œuvre à différents degrés. En outre, de nombreux organismes scientifiques ont approuvé leur utilisation et les organismes des Nations Unies s’en servent comme étalon pour évaluer et contrôler la croissance des enfants. Le passage de l’ancienne référence du Centre national de statistiques sanitaires des États-Unis d’Amérique aux nouvelles normes OMS de croissance a offert une occasion exceptionnelle de promouvoir les meilleures pratiques. Ainsi, de nombreux pays ont commencé à mesurer la taille et l’indice de masse corporelle des enfants pour contrôler la «double charge» de la malnutrition, c’est-à-dire à la fois les problèmes de dénutrition et les problèmes de surpoids et d’obésité.

Q: Quelles sont les difficultés que les pays rencontrent dans la mise en œuvre des normes?

R: L’application de nouvelles normes de croissance est une tâche immense. Elle concerne tous les niveaux du système de santé d’un pays et non seulement les cliniciens et les autres praticiens dans le domaine de la santé mais aussi les nutritionnistes, les diététiciens, les spécialistes de la santé publique, les défenseurs des enfants et de la santé, les parents, les personnes qui s’occupent d’enfants et les chercheurs. De nombreux pays ont revu leurs fiches de santé de l’enfant, modernisé leur matériel d’anthropométrie et formé à nouveau le personnel de santé afin qu’il sache utiliser les nouvelles normes de l’OMS. Certains pays s’attachent également à mieux faire comprendre qu’il est important et utile de contrôler la croissance des enfants et ils ont revu leurs systèmes de surveillance afin qu’ils soient plus utiles à la prise de décisions. Chaque aspect a exigé un grand effort de mise en œuvre et l’allocation de ressources.

Q: Comment les normes peuvent-elles être utilisées?

R: En plus des courbes de croissance habituelles, la mise au point pour la première fois de « normes de vitesse de croissance » offre une série d’outils uniques pour contrôler l’évolution rapide de la vitesse de croissance au début de l’enfance et donc de repérer tôt les enfants qui présentent un risque d’insuffisance ou de surcharge pondérale. En outre, les indicateurs relatifs à l’indice de masse corporelle et à l’épaisseur du pli cutané sont particulièrement utiles pour suivre la propagation de l’épidémie d’obésité chez l’enfant. Enfin, la définition de «fenêtres de développement» pour les six étapes principales du développement moteur permet d’établir un lien entre la croissance et le développement moteur (s’asseoir sans appui, marcher à quatre pattes, se tenir debout avec de l’aide, marcher avec de l’aide, se tenir debout seul et marcher seul).

Q: Lorsqu’un enfant se situe au-dessous du niveau minimum ou au-dessus du niveau maximum de poids et de taille pour son âge, que cela signifie-t-il? Les normes de l’OMS sont-elles applicables à tous les enfants sans distinctions?

R: Ça ne signifie pas nécessairement que l’enfant a un problème mais le pédiatre doit être attentif. L’étude de l’OMS et de nombreuses autres ont montré que jusqu’à 10 ans, tous les enfants peuvent grandir, en moyenne, de la même façon s’ils bénéficient de soins et d’une alimentation corrects et de vaccins. Il n’y a pas « une seule façon de grandir » mais une distribution de valeurs (de 0 à 100 percentiles) où entrent tous les enfants génétiquement grands ou petits en bonne santé.

Q: De quelle façon les normes de croissance facilitent-elles la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement?

R: Ces normes joueront un rôle important aux niveaux national, régional et international car elles permettront de suivre les progrès accomplis concernant les OMD (1, 2, 3, 4 et 5), dont la réalisation repose sur une croissance et un développement corrects des enfants. Avant la mise au point des normes, il n’existait pas d’outil de mesure adéquat.

Q: Les normes OMS de croissance sont-elles donc plus utiles dans les pays en développement?

R: Non, elles sont destinées à contrôler la croissance de tous les enfants dans le monde, quels que soient leur appartenance ethnique, leur statut socioéconomique et les caractéristiques de leur alimentation. Par exemple, l’obésité chez le jeune enfant est un problème dans beaucoup de pays développés mais les courbes de croissance locales permettent de la détecter seulement une fois qu’elle est installée. Dans ces pays, les normes de l’OMS permettent aussi de repérer le surpoids et l’obésité avant qu’ils ne soient trop difficiles à prévenir ou à maîtriser.

Q: Qu’est-ce que les normes OMS de croissance vont apporter aux enfants?

R: Les normes de l’OMS sont une étape importante dans la concrétisation du droit de chaque enfant à grandir et à être en bonne santé. Elles fournissent des données scientifiques solides qui montrent que les jeunes enfants, quelle que soit la région où ils vivent, grandissent, en moyenne, de la même façon si leurs besoins en matière de santé et de nutrition sont satisfaits. Ces normes peuvent donc aussi servir à évaluer le respect de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui reconnaît des devoirs et des obligations envers l’enfant, qu’il est impossible d’honorer sans assurer développement normal. Établies sur la base d’un échantillon mondial d’enfants, les normes OMS de croissance montrent que les disparités en matière de croissance sont davantage le fait de différences environnementales que de différences génétiques.

Q: De quelle manière les normes OMS de croissance soutiendront-elles la mise en œuvre de la stratégie mondiale de l’OMS pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant?

R: Ces normes sont un nouvel outil indispensable pour contrôler la croissance des nourrissons et des enfants et pour évaluer les efforts déployés en vue de mettre en œuvre la stratégie mondiale. Elles permettent de plaider en faveur de la protection et de la promotion de l’allaitement maternel et d’une alimentation complémentaire adéquate. Si les objectifs de la stratégie mondiale sont tous atteints, les mères disposeront d’un environnement propice pour allaiter leurs enfants. Les normes OMS de croissance offrent aux parents, aux professionnels de la santé, aux personnes s’occupant d’enfants, aux décideurs et à ceux qui défendent la cause des enfants les outils de mesure et d’évaluation nécessaires pour contrôler la croissance, assurer un dépistage et un traitement des problèmes en temps voulu et recommander et suivre des pratiques nutritionnelles appropriées.

Partager