Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé

Impact potentiel de la prise en charge du risque principal par rapport à la prise en charge du risque total dans la prévention des événements cardiovasculaires aux Seychelles

Roger Ndindjock, Jude Gedeon, Shanthi Mendis, Fred Paccaud & Pascal Bovet

Objectif

Évaluer la prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire (CV) aux Seychelles, un pays africain à revenu moyen, et comparer le rapport coût/efficacité de la prise en charge du facteur de risque principal (traiter les individus présentant une tension artérielle ≥ 140/90 mmHg et/ou une cholestérolémie sérique totale ≥ 6,2 mmol/l) avec celui de la prise en charge fondée sur le risque cardiovasculaire total (traiter les individus présentant un risque cardiovasculaire total ≥ 10% ou ≥ 20%).

Méthodes

La prévalence des facteurs de risque cardiovasculaire et un tableau de prédiction des risques cardiovasculaires pour l'Afrique ont été utilisés pour estimer le risque de survenue d’un événement CV mortel ou non mortel sur une période de 10 ans chez des individus âgés de 40 à 64 ans. Ces chiffres ont servi à comparer la prise en charge du facteur de risque principal et celle du facteur de risque total en termes du nombre de personnes nécessitant un traitement afin de prévenir un événement CV et du nombre d'événements potentiellement évités sur une période de 10 ans. Le traitement chez des patients présentant un risque CV total élevé (≥ 20%) était supposé consister en une combinaison des doses prédéterminées de plusieurs médicaments (polypill). Les analyses de coût se sont limitées aux médicaments.

Résultats

Un risque CV total ≥ 10% et ≥ 20% a été constaté chez 10,8% et 5,1% des individus, respectivement. Avec une prise en charge du facteur de risque principal, il faudrait traiter 60% des adultes, et 157 événements cardiovasculaires sur une population de 100 000 personnes seraient évités chaque année, par rapport à 5% des adultes et 92 événements pour la prise en charge du facteur de risque CV total. Une prise en charge fondée sur un risque CV total élevé optimise l’équilibre entre le nombre de personnes nécessitant un traitement et le nombre d'événements cardiovasculaires évités.

Conclusion

La prise en charge du facteur de risque CV total a un bien meilleur rapport coût/efficacité que la prise en charge du facteur de risque principal. Ces résultats sont pertinents pour tous les pays, mais plus particulièrement pour ceux présentant des caractéristiques économiques et démographiques similaires à celles des Seychelles.

Partager