Vieillissement et qualité de la vie

Vieillissement et qualité de la vie

Dans le monde entier les populations vieillissent rapidement. Il y a là motif à se réjouir puisque cette évolution reflète en partie nos succès dans la prise en charge des maladies de l’enfance, la lutte contre la mortalité maternelle et l’aide apportée aux femmes pour qu’elles maîtrisent leur propre fécondité.

Défis et opportunités

Le vieillissement de la population s’accompagne aussi à la fois de défis à relever et de nouvelles opportunités. Il pèse sur les systèmes de sécurité sociale et de retraite, entraîne une augmentation de la demande en soins de santé aigus et primaires, nécessitera des personnels de santé plus nombreux et mieux formés, et multipliera les besoins en soins au long court, en particulier pour la prise en charge de la démence.

Toutefois, les possibilités offertes sont tout aussi importantes. Les personnes âgées sont une ressource extraordinaire pour leurs familles, leurs communautés et une source de main-d’œuvre formelle ou informelle. Elles sont les dépositaires des connaissances. Elles peuvent nous aider à éviter de renouveler les mêmes erreurs.

De fait, si nous pouvons faire en sorte que les personnes âgées vivent non seulement plus longtemps mais aussi en meilleure santé, si nous pouvons nous assurer que nous prolongeons le cœur de la vie et non seulement son extrémité, ces années supplémentaires peuvent être tout aussi productives que les autres. Les sociétés qui sauront s’adapter à cette évolution démographique pourront engranger les «dividendes non négligeables de la longévité» et disposeront d’un avantage compétitif sur d’autres qui ne seront pas en mesure de le faire.

Une évolution spectaculaire dans les pays moins développés

Le vieillissement de la population est étroitement lié au développement économique. Tandis que ce sont des régions désormais développées, telles que l’Europe, le Japon et l’Amérique du Nord, qui ont été les premières à expérimenter cette transition démographique, ce sont actuellement les pays moins développés qui connaissent l’évolution démographique la plus spectaculaire.

D’ici à 2050, 80 % des personnes âgées vivront dans ce que l’on appelle aujourd’hui les pays à revenu faible ou intermédiaire, et des nations telles que la Chine ou le Brésil auront au sein de leurs populations une plus grande proportion de personnes âgées que les États-Unis d’Amérique.

Plus important encore, le vieillissement de la population dans ces pays se produit à un rythme beaucoup plus rapide que cela n’a été le cas pour le monde actuellement développé. Cela signifie qu’ils disposeront de beaucoup moins de temps pour se préparer à ce vieillissement de la population.

Stratégies possibles

Bien que les défis à relever par ces pays soient impressionnants, ils ne sont pas insurmontables, et s’attaquer à ceux-ci rapidement au cours de leur cycle de développement est sans doute la meilleure manière de faire en sorte qu’ils soient plus faciles à gérer. Parmi les stratégies envisageables figurent:

  • la mise en place de retraites minimums financées par l’État permettant de protéger les personnes âgées contre l’extrême pauvreté;
  • l'accès à des soins de santé primaires essentiels, et
  • des mécanismes permettant de financer les soins au long cours pour les personnes qui souffrent de perte de leurs capacités fonctionnelles.

Peut-être avant tout, il convient de mettre davantage l’accent sur la santé elle-même, par l’intermédiaire de politiques qui permettent de prévenir les maladies chroniques et d’encourager le maintien de la participation sociale des personnes âgées.

Partager