À propos de l'OMS

Dialogue sur le financement

Le 24 juin dernier, l’OMS a organisé à Genève son tout premier dialogue sur le financement.

Plus de 250 personnes représentant les États Membres, des organismes des Nations Unies et des organisations non étatiques partenaires, par webcast ou en étant présentes, ont participé à cette rencontre. Cette réunion a permis aux principales parties prenantes de débattre du financement du budget programme 2014-2015 et a constitué la première étape vers le financement total de toutes les activités et prestations de l’OMS.

Le dialogue sur le financement est plus qu’une simple réunion: c’est un échange avec les États Membres et les autres partenaires qui se poursuivra pendant les prochains mois, jusqu’à la tenue d’une deuxième réunion les 25 et 26 novembre. L’objectif ultime de ce processus est de faire en sorte que l’OMS ait les moyens d’obtenir les résultats convenus, en menant des activités de meilleure qualité et plus efficaces. Ce dialogue devrait aider à garantir le financement prévisible et transparent d’au moins 70% du budget programme 2014-2015 d’ici le début 2014, ce financement correspondant totalement aux produits planifiés dans le budget.

En outre, ce nouveau processus vise à élargir l’éventail des donateurs et des contributeurs afin d’atténuer la vulnérabilité existante. Actuellement, 20 donateurs à peine apportent plus de 80% du financement de l’Organisation.

Pendant la réunion de juin, les États Membres et les partenaires ont exprimé leur soutien et se sont engagés à garantir que les ressources disponibles correspondent au budget programme 2014-2015, qui s’élève à 3 977 milliards de dollars (US$) et que le financement soit plus prévisible. Plusieurs participants ont annoncé qu’ils verseraient des contributions dont l’utilisation serait plus souple.

Les participants ont également assisté à une présentation d’un nouveau portail Web de l’OMS qui fournit des informations détaillées sur le financement du budget programme pour que les contributeurs puissent prendre des décisions en connaissance de cause et pour répondre aux demandes de transparence des États Membres. Ce système donnera aux principales parties prenantes des informations programmatiques, budgétaires, financières et de suivi actualisées.

Témoignages d’États Membres et de partenaires

"Les États Membres et l’OMS ont l’occasion historique de dialoguer pour relever les défis concernant le financement de l’Organisation. Nous nous félicitons des efforts déployés pour trouver des moyens de financer intégralement le budget." Dr L. E. Makubalo, Attaché sanitaire, Mission permanente de l’Afrique du Sud, Genève.

"Je pense que le monde a absolument besoin de l’OMS. Si elle n’existait pas, il faudrait l’inventer." Dr Nils Daulaire, Directeur, Bureau des Affaires sanitaires mondiales, États-Unis d’Amérique

"Il est dans notre intérêt à tous que l’OMS soit en mesure de relever les défis sanitaires de plus en plus complexes du XXIe siècle." Mme Tan Y. W., Représentant permanent (ONU), Mission permanente de Singapour auprès des Nations Unies.

"La Norvège est très satisfaite qu’un dialogue collectif sur le financement ait finalement été engagé. Ainsi, nous pourrons discuter ouvertement et de façon pragmatique des moyens de financer les priorités qui figurent dans le budget programme approuvé." M. A. P. Sanne, Directeur, Direction norvégienne de la Santé et des affaires sociales

"Le Fonds mondial ne pourrait pas s’acquitter de son mandat sans le soutien de l’OMS aux niveaux mondial, régional et national. Les fonctions essentielles de l’OMS (établir des orientations normatives, fournir une assistance technique et renforcer les capacités dans les pays) sont absolument cruciales et complémentaires des activités du Fonds mondial." Dr C. Benn, Directeur, Relations extérieures.

Donnez votre avis

Le Secrétariat de la Réforme de l'OMS accueille vos observations sur les questions abordées dans ce numéro ainsi que dans les précédentes éditions du Bulletin d'information sur la réforme de l’OMS.

Veuillez noter que tous les commentaires reçus sont révisés par l'OMS avant d’être publiés sur le site. L'OMS se réserve le droit de ne pas publier les commentaires jugés inappropriés. L'OMS n'est pas responsable des différentes opinions exprimées.

Partager