Prévention de la cécité et des déficiences visuelles

Maladies oculaires prioritaires


Onchocercose (cécité des rivières)

Définition

L'onchocercose est une maladie provoquée par un parasite nommé Onchocerca volvulus et transmise par une simulie (petite mouche noire), son nom scientifique est Simulium damnosum. Cette maladie est couramment appelée "cécité des rivières" parce que la simulie qui transmet la maladie abonde le long des rives fertiles des cours d'eau. Ces berges ont été fréquemment désertées en raison du risque de contracter la maladie. L'Onchocerca volvulus est presque exclusivement un parasite de l'homme. Les vers adultes vivent dans des nodules dans le corps humain où les vers femelles produisent en grand nombre de larves ou microfilaires. Elles émigrent des nodules vers l'épiderme où elles peuvent être ingérés par les simulies lors d'une piqûre. Elles se développent ensuite dans le corps de l'insecte et peuvent infester un nouvel individu lors d'une piqûre. Des lésions oculaires chez l'homme sont provoquées par des microfilaires. On les retrouvent dans tous les tisus oculaires, excepté le cristallin, où elles provoquent une inflammation, des hémorragies et d'autres complications qui conduisent finalement à la cécité.

Ampleur

L'onchocercose est une cause importante de cécité dans beaucoup de pays africains. C'est un problème de Santé Publique en Afrique de l'Ouest et Centrale, mais elle est également présente au Yémen et dans six pays d'Amérique latine. L'onchocercose a par le passé considérablement réduit la productivité économique dans les zones infectées et de vastes étendues de terres arables ont été abandonnées. On estime qu'il y a un demi-million de personnes aveugles en raison de la cécité des rivières.

Prévention et traitement

Beaucoup de progrès ont été accomplis dans la lutte contre la maladie dans plusieurs pays par lutte contre les simulies. Cependant, la maladie peut être maintenant également traitée avec une dose annuelle d'ivermectine (Mectizan®). Celle-ci traite aussi les démangeaisons cutanées provoquées par la maladie.

Rôle de VISION 2020

La cécité des rivières est une des maladies prioritaires de VISION 2020. Mais la lutte contre l'onchocercose avait été initiée bien avant cela. Dès 1974, la lutte contre le vecteur a été mise en oeuvre en Afrique occidentale par le programme Ouest Africain de lutte contre l'onchocercose (OCP). Puis en 1996, des programmes de traitement de masse par ivermectine à directive communautaire ont été mis en place par le programme africain de lutte contre l'onchocercose (APOC) dans d'autres pays africains et par le programme d'élimination de l'onchocercose aux Amériques (OEPA) dans les pays endémiques latino-américains. En 1992 un groupe d'organisations non-gouvernementales de développement (ONGD), maintenant appelé groupe de coordination des organisations non-gouvernementales de développement pour la lutte contre l'onchocercose, a été constitué pour aider à favoriser l'intérêt et le soutien mondiaux pour le traitement par l'ivermectine dans les pays endémiques afin d'éliminer l'onchocercose en tant que problème de santé publique. Actuellement il se compose de 9 ONGD partenaires internationales et 1 nationale. Les activités du groupe sont coordonnées par l'intermédiaire de son secrétariat situé au siège de l'OMS à Genève. La lutte contre l'onchocercose est non seulement une réussite historique, mais est aussi une preuve de l'importance de la synergie apportée par le partenariat mis en place par les associations dans cette réussite. Cette lutte a de plus un impact certain sur le développement socio-économique des pays intéressés par ces programmes.

Partager

Cécité et lésions cutanées