À propos de l'OMS

Renforcer l'autorité indienne de réglementation des vaccins

Nata Menabde
OMS

Renforcer la collaboration avec les pays de façon qu’ils puissent répondre plus efficacement à leurs besoins de soutien technique et stratégique est au coeur de la réforme de l’OMS. Cette démarche s‘appuie sur les compétences des trois niveaux de l’Organisation, ainsi que sur celles d’experts extérieurs. Cette nouvelle méthode de travail est mise en pratique au Bureau de l'OMS en Inde, dirigé par le Dr Nata Menabde.

Chaque année, des millions de patients dans des pays aux ressources limitées bénéficient de médicaments et de vaccins indispensables de qualité garantie qui sont achetés par l’intermédiaire d’organismes des Nations Unies ou de partenariats tels que l’UNICEF, l’UNFPA, UNITAID, le Fonds mondial et l’Alliance GAVI. Dans tous les cas, ces organismes n’achètent que des produits qui ont été validés par le Programme de présélection de l'OMS, lequel garantit que les médicaments, vaccins et produits diagnostiques sont conformes aux normes internationales de qualité, d'innocuité et d ‘efficacité. L‘un des volets essentiels de ce programme consiste à renforcer la capacité des autorités nationales de réglementation, des laboratoires de contrôle de la qualité et des fabricants, de façon à garantir la qualité des produits.

«Les efforts que nous déployons pour aider l’Inde à renforcer son autorité nationale de réglementation constituent un excellent exemple de l’application concrète de la réforme de l’OMS», déclare le Dr Nata Menabde, représentant de l’OMS en Inde. «Cette initiative illustre bien le rôle directeur de l’OMS dans le domaine de la santé et montre de quelle manière nous travaillons de concert dans l’ensemble de l’Organisation.»

Dr Nata Menabde, Représentant de l’OMS en Inde

Ainsi, l'OMS a récemment collaboré au renforcement de l’autorité nationale indienne de réglementation des vaccins. L'Inde dispose de 12 grands centres de fabrication de vaccins qui sont vendus sur le marché national, mais aussi dans 150 autres pays, ce qui fait de l'Inde un important fournisseur mondial de vaccins. Près d'un tiers des vaccins présélectionnés et plus des deux tiers des médicaments achetés par l’intermédiaire des organismes internationaux précités sont produits en Inde.

«Les efforts que nous déployons pour aider l'Inde à renforcer son autorité nationale de réglementation constituent un excellent exemple de ce qu'apporte la réforme de l’OMS», déclare le Dr Nata Menabde. «Cette initiative illustre bien le rôle directeur de l'OMS dans le domaine de la santé et montre de quelle manière nous travaillons de concert dans l'ensemble de l'Organisation.»

Pour ce projet, le Bureau de l'OMS a fait office de facilitateur et de coordonnateur technique au niveau national. Il a ainsi travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement et a mobilisé les compétences pertinentes du Bureau régional et du Siège de l'OMS, ainsi que d'autres institutions, afin de renforcer le soutien technique fourni à l’autorité de réglementation.

En décembre 2012, l’OMS a effectué une évaluation indépendante du système indien de réglementation des vaccins, à l’issue de laquelle elle a conclu que ce système fonctionne bien et que les fabricants de vaccins du pays restent admis à présenter des dossiers de candidature pour la présélection de produits donnés.

«Pour cette dernière évaluation, nous avons mobilisé des experts de l’OMS, mais aussi des évaluateurs extérieurs d’Égypte, des États-Unis, de France, d’Indonésie, d’Iran, de Suède et de Thaïlande», explique le Dr Menabde. «Le rôle et les responsabilités de chacun ont été clairement énoncés de manière à éviter tout double emploi, mais chaque niveau a apporté une valeur ajoutée manifeste.»

Cette récente évaluation a porté sur plusieurs fonctions du système de réglementation, notamment la surveillance des manifestations postvaccinales indésirables; les inspections réglementaires des sites de fabrication et des filières de distribution; et l'autorisation/ évaluation des essais cliniques.

Cette évaluation réussie pourrait ouvrir de nouvelles possibilités de collaboration entre le gouvernement indien et l'OMS – fourniture d’un soutien technique pour l’élaboration d’un plan de développement institutionnel d'ensemble visant à renforcer le secteur pharmaceutique en Inde, par exemple. Les responsables de la réglementation de l'administration centrale qui ont bénéficié d'une formation intensive dispensée par l'OMS constituent désormais une excellente ressource technique à l’intérieur du pays. Et les experts extérieurs qui ont participé au processus ont noué des liens durables en vue d‘une collaboration future.

«C'est précisément là que réside l'avantage comparatif de l’OMS: dans cette capacité à réunir les experts compétents et à collaborer avec les pouvoirs publics nationaux pour créer le meilleur système possible afin de garantir au monde un accès durable à des vaccins et médicaments sûrs, de bonne qualité et d’un prix abordable », affirme le Dr Menabde.

Donnez votre avis

Le Secrétariat de la Réforme de l'OMS accueille vos observations sur les questions abordées dans ce numéro ainsi que dans les précédentes éditions du Bulletin d'information sur la réforme de l’OMS.

Veuillez noter que tous les commentaires reçus sont révisés par l'OMS avant d’être publiés sur le site. L'OMS se réserve le droit de ne pas publier les commentaires jugés inappropriés. L'OMS n'est pas responsable des différentes opinions exprimées.

Partager